• Bénédictins

    Les Bénédictins

    Saint Benoît fonda le premier monastère bénédictin au 6ème siècle au Mont Cassin en Italie. Aujourd'hui encore, les frères et sœurs vivent selon sa Règle. L'Abbaye doit être une école de charité d'où rayonne la paix.
    Les moines ne préfèreront rien à l'amour du Christ
    Règle de Saint Benoît

Abbaye de Maumont

25 ans après, toujours oui ! à l'Abbaye de Maumont

sr_catherine-abbaye-maumont-profession-monastique25 ans de Profession monastique à l'Abbaye de Maumont : Qu’est-ce que j’ai découvert ?

Faire un choix et persévérer dans un engagement est dynamisant et rend libre.

J’ai commencé à apprendre, jour après jour, parfois maladroitement - mais tant pis ou plutôt tant mieux - que l’essentiel est bien de marcher, d’avancer, un pas à la fois.

Bien souvent, je n’ai pas tout compris tout de suite. Mais au fond de moi, l’appel premier et ma réponse restaient intacts. J’y ai puisé une force qui apaise et rend à la confiance. Je réalise mieux maintenant, qu’au fil des années, la fidélité à l’engagement n’est pas un « j’y suis, j’y reste », un peu contraint, mais un « je reste parce que je suis là où j’ai reconnu l’appel du Seigneur pour moi, auquel j’ai répondu.

regle-de-benoit-abbaye-de-maumont-profession-monastique

C’est là, oui, c’est bien là » !

 Une communauté est un soutien formidable. Le cheminement de chacune est personnel. J’ai appris à le respecter en consentant à replacer mes sœurs dans notre lieu de communion : Dieu. Pour chacune, comme pour moi, c’est Lui qui a eu l’initiative de cet « Être-là ensemble ». C’est lui encore qui construit la communauté en lui donnant sa couleur, sa stabilité dans la foi, sa capacité à évoluer au souffle de l’Esprit Saint. La fidélité de Dieu précède et accompagne toujours.

Comme l’écrivait un moine « la grâce peut davantage ». Vie humaine et vie chrétienne grandissent ensemble, l’une par l’autre. C’est sûrement ce qui est essentiel à découvrir dans toute existence de baptisé à la suite du Christ. Être moniale a été et reste, pour moi, la forme d’engagement qui me l’enseigne. Ce qui me permet aussi d’être enracinée en bonne terre, libre de plus en plus par le « oui » redit chaque matin, et me rend heureuse. Pourquoi ne pas le dire puisque c’est vrai !

soeur Catherine de Sienne

hymne-complies-abbaye-de-maumont

0
0
0
s2smodern

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation d'un cookie qui nous aide à établir les statistiques de fréquentation de notre site.