• Bénédictins

    Les Bénédictins

    Saint Benoît fonda le premier monastère bénédictin au 6ème siècle au Mont Cassin en Italie. Aujourd'hui encore, les frères et sœurs vivent selon sa Règle. L'Abbaye doit être une école de charité d'où rayonne la paix.
    Les moines ne préfèreront rien à l'amour du Christ
    Règle de Saint Benoît

Abbaye de Maumont

L'empreinte de Dieu, c'est mon bonheur !

matin-abbaye-maumont  L’empreinte de Dieu, c’est mon bonheur.


  Cinq heures – Pourquoi se lever ? Je me donne la réponse par cette question : « Pour qui ? » J’ai un rendez-vous. Une voix m’appelle : « Je t’attends ». « Où ? »…Cinq heures trente. La communauté, orienté vers l’Est, l’autel et la croix : -« Seigneur, ouvre mes lèvres… » Prise dans le chant, les paroles de David, les psaumes me réveillent. Ces paroles sont miennes. Rien n’est à l’étroit. Telle intention communautaire, familiale, ecclésiale surgit. Avec les versets, le monde est là. Ici, chacun a sa place.

  Voilà un bonheur que Dieu me fait en m’invitant chaque jour à ouvrir le livre des Psaumes. Les visages passent, comme rassemblés en un seul, Lui. « Veilleur, où en est la nuit ? Le jour commence à poindre et l’astre du matin se lève dans nos cœurs » (Is.21,11).

   Dieu est le chemin vers les autres. Il se tient près de moi et il m’envoie toujours : être en sortie de soi. Dans le sillage de mon baptême, la Règle de saint Benoît me donne les intersections, les croisements, les sites à visiter, l’organisation et le travail à faire, etc… « Fais passage à Dieu ». Il est entre mes mains, dans sa Parole faite chair et autour de moi dans mes sœurs et les fidèles, les hôtes rassemblés autour de la Table eucharistique. Bonheur en celui qui nous appelle : Dieu. Dans la lumière de Ta Face, Tu me donnes ton regard. Dans mes mains de poussière, Tu te donnes, Eternel. Dans mes pas trébuchants, Tu es ma direction. Dans le Souffle qui emplit tout, je respire. Dans ton élan, j’espère. Dans ta Vie, toute vie désire. Tu nous a créés à ta ressemblance, tournés vers le bonheur d’autrui, dans l’UN. Seigneur, comment expliques-tu le bonheur quand tout s’écroule ? C’est toi, notre bonheur, tu le sais. Dans cette déchirure, tu viens, Christ, offert pour le salut du monde, Pain broyé qui donne vie aux affamés de justice. Mon bonheur, c’est Dieu qui vient. Présent dans l’infiniment fragile ; l’Absolu dans l’instant. La Force dans un regard, un service offert, un pardon reçu, donné, une veille pour le monde.coquelicots3-abbaye-maumont

   « Sors et compte les coquelicots, si tu le peux » ? La nature, une rencontre avec le Déjà-là qui vient : écoute la prière du pétale gonflé d’espérance. Un coquelicot a bu le soleil. De son toucher lumineux, chacun reçoit sa couleur. Le feu se communique comme une flamme sur chacun d’eux. Tous annoncent : Dieu est mon soleil, Dieu est ma lumière, Dieu est ma force. Dieu est mon bonheur. Seigneur, mon bonheur, je le reçois de toi, Une amie ! C’est plus beau qu’un champ de colchiques, c’est plus beau que l’orchestre des grillons, c’est plus beau que la brume dessinant les collines en îles, avant Laudes.

  tournesol3- abbaye-maumont Mon bonheur de voir ma famille s’agrandir : Dieu est là. Je n’ai jamais vu des yeux aussi grands ! « Comme s’il voyait l’Invisible » (Hb.11,28) : c’est l’expérience de ce dimanche. Une présence-autre avance vers moi : un regard pur, immense. Un « me voici » sans aucun jugement, très humble. Comment rendre au Seigneur le bonheur d’un enfant ? Au Nom du Père et du Fils et du Saint Esprit, je mets ma main dans Ta main pour continuer la route humaine, bonheur de ton dessein sur tous.

Sr. Ephrem

0
0
0
s2smodern

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation d'un cookie qui nous aide à établir les statistiques de fréquentation de notre site.