• Bénédictins

    Les Bénédictins

    Saint Benoît fonda le premier monastère bénédictin au 6ème siècle au Mont Cassin en Italie. Aujourd'hui encore, les frères et sœurs vivent selon sa Règle. L'Abbaye doit être une école de charité d'où rayonne la paix.
    Les moines ne préfèreront rien à l'amour du Christ
    Règle de Saint Benoît

Abbaye de Maumont

Dieu, c'est toi mon Dieu !

pommiers-du-japon-abbaye-maumont   Dieu, c’est toi mon Dieu !


   Dieu est mon bonheur, Dieu est ma joie…

   Dieu est ma joie, dans le cœur et sur des lèvres qui chantent sa louange 

   Dieu est ma joie les jours heureux et les jours d’épreuve

   Dieu est ma joie et pourtant le mal et la souffrance existent…

   Dieu est ma joie, puissais-je être aussi une joie pour Dieu !…

   Ce qui m’a attirée dans la vie monastique, c’est un désir, plus ou moins obscur à l’époque, d’union au Christ. Au fil de rencontres personnelles avec une moniale de Maumont, j’ai senti qu’elle vivait quelque chose de fort avec Dieu ; que Quelqu’un remplissait sa vie ; que c’était Lui qui était la source de la joie profonde qui l’habitait, de son sourire, de sa paix… Elle m’a d’ailleurs dit que si on rentre au monastère, c’est pour y être heureuse ; ce n’est pas dans un but d’abnégation, de souffrances qui seraient à offrir pour le monde. Et Celui qui nous rend heureuses, avant tout, c’est Dieu. Dieu seul peut combler le cœur de l’homme. Le cœur humain ne peut se contenter de plaisirs éphémères, d’accumulation de biens, d’honneurs, de pouvoir, etc… qui ne rassasient pas en profondeur. Il aspire à davantage. Créé par Dieu qui est infini, il a soif d’infini…Dieu seul n’est qu’amour. Et finalement, c’est l’amour qui fait notre bonheur et notre joie. Lorsqu’une sœur nous apporte de la joie, par une attention fraternelle par exemple, c’est encore Dieu qui nous visite, puisque tout amour vient de Dieu, et celui qui aime est mû par Dieu. « Mets ta joie dans le Seigneur : il comblera les désirs de ton cœur » (Ps 36,4). Mon verset biblique préféré est : « Je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde » (Mt 28,20) Dieu est là, à nos côtés, toujours présent. Il m’invite, il nous invite à être ‘présent à sa Présence’, selon une formule que répétait volontiers un des anciens aumôniers de Maumont. La joie vient de pouvoir vivre sa vie avec Dieu, pour Dieu.vie-fraternelle-abbaye-maumont

 L’un des buts de la vie monastique est la prière continuelle. Avant mon entrée au monastère, le titre d’un livre de la bibliothèque des hôtes m’avait accrochée (et c’est d’ailleurs la seule chose que j’ai retenue !) : « Devenir prière ». Je ne suis pas encore du tout arrivée à la prière continuelle, mais le peu que je vis est déjà source de bonheur. La ‘prière de Jésus’ – qui est de tradition très ancienne et qui nous vient du monachisme d’Orient- est un moyen d’arriver à la prière continuelle. Il s’agit de répéter sans cesse dans son cœur une formule telle que : « Seigneur Jésus, Fils du Dieu vivant, aie pitié de moi pécheur » ; que l’on peut éventuellement abréger en : « Seigneur Jésus, aie pitié de moi » ; voire en : « Jésus, pitié ». Pour ma part, j’essaie de dire : « Jésus, j’ai confiance en Toi ». « J’ai dit au Seigneur : ‘Tu es mon Dieu ! Mon bonheur, c’est toi ! Rien ne te surpasse ! ». (Ps 15,2).

 montgolfiere2-abbaye-maumont J’ai expérimenté aussi, bien sûr, que l’on ne met pas la main sur Dieu, sur la joie, et que le soleil peut briller derrière un ciel couvert de nuages. Dieu est là –Il est toujours là- et cependant, on ne voit que des nuages, de la grisaille, on est dans la tristesse. Il s’agit alors de tenir bon, de durer jusqu’à ce que le ciel s’éclaire à nouveau. Dieu redevient alors le soleil de notre vie. Dieu… Dieu… Dieu… Qui peut dire qui est Dieu ?

« Dieu, tu es mon Dieu » fut le refrain du prédicateur d’une de mes premières retraites de Maumont. Dieu, Toi que je cherche, Toi que je désire connaître de plus en plus, qui es-tu qui nous rassasieras sans fin de Ton visage et de ton Amour dans la vie éternelle, la vraie Vie ? « On dit souvent : ‘Qui nous fera voir le bonheur ? Fais lever sur nous la lumière de ta face ! » (Ps 4,7).

Sr. Vianney

1
0
0
s2smodern