• Bénédictins

    Les Bénédictins

    Saint Benoît fonda le premier monastère bénédictin au 6ème siècle au Mont Cassin en Italie. Aujourd'hui encore, les frères et sœurs vivent selon sa Règle. L'Abbaye doit être une école de charité d'où rayonne la paix.
    Les moines ne préfèreront rien à l'amour du Christ
    Règle de Saint Benoît

Abbaye de Maumont

Un beau visage de bon pasteur de notre temps, JEAN VANIER !

jmclibrededroit0225   4° DIMANCHE DE PÂQUES

   Jn. 10,27-30

   En lisant cette page d’Évangile, un visage s’est imposé à moi : Jean VANIER, ce grand amoureux de saint Jean, son saint patron, ce bon et fidèle serviteur du Bon Pasteur qui fut son Maître et son Seigneur, sans nul doute.

   En ce dimanche de prière pour les vocations, n’avons-nous à recevoir de lui une véritable lumière sur ce que signifie suivre le Christ, vivre sa vocation personnelle pour les autres ! Jean Vanier n’était pas prêtre.

  Il fut un laïc qui a vécu son baptême dans sa radicalité comme l’est toute vocation. Depuis Trosly et ces deux premières brebis, Raphaël et Philippe, il s’est donné corps et âme à un magnifique ministère sans frontière. Une existence vraiment consacrée au sens plein du terme.

   Nous allons l’écouter.

   « Voilà la révélation ultime : Jésus nous aime, il aime chacun. Jésus aime ses disciples et les appelle à devenir ses amis, pas seulement ses serviteurs. Il invite chacun dans cet échange d’amour. » « Le Père et moi, nous sommes UN ». Ainsi se termine l’évangile de ce jour. Jean Vanier commente : « Jésus est venu révéler l’intimité qu’il vit avec le Père et nous invite à entrer dans cette intimité en entrant dans son intimité. Cette intimité est donnée et manifestée lorsque nous mangeons sa chair et buvons son sang ».

   Jean Vanier a quitté cette vie terrestre dans la semaine où la liturgie nous proposait justement d’écouter et de recevoir le chapitre 6 de saint Jean, qu’il a tellement médité, puis cité au cours des nombreuses retraites qu’il a données partout dans le monde : « Jésus est venu pour être le bien-aimé qui guérit les cœurs et fait surgir en chacun les énergies d’amour les plus profondes, non seulement la générosité, mais la communion, une communion d’amour ». C’est vrai que, du pasteur des pauvres de Trosly et d’ailleurs, on ne pourrait retenir que la générosité pour avoir mené une œuvre immense et audacieuse. jmclibrededroit0366

  Mais le Christ était l’âme de ce don. Le regard qu’il portait sur Jésus, il le portait aussi sur des vies tellement blessées. C’est sans doute le lavement des pieds, si important dans l’évangile de Jean, si vivant entre membres des Communautés de l’Arche, qui reste le grand signe que Jean Vanier laisse en héritage à ses compagnons de route, à l’Église.

  Sa disponibilité à écouter chacun de ceux qui venaient lui demander conseil le caractérisait aussi. Trois sœurs de notre communauté sont d’anciennes assistantes du 2° foyer de l’Arche fondé par Jean Vanier. Elles ont témoigné devant nous de cet aspect de sa personnalité. Parce qu’il le soulignait souvent : « Le message de Jésus est un message d’amour universel. Chaque personne est mon frère, ma sœur, ceux qui sont étrangers et différents sont aussi enfants de Dieu. Les gens ne doivent plus se fermer sur eux-mêmes, derrière des barrières qui les protègent de la souffrance, de la réalité, des autres, mais ils sont appelés à ouvrir grand leurs cœurs à cette nouvelle vision de l’humanité, une vision d’unité ».

fleur jaune abbaye maumont 

  Message évangélique, s’il en est, qui illustre ce que jésus a voulu vivre au milieu de notre humanité et qui a donné à certains comme Jean Vanier d’entendre le message et de le mettre en œuvre.

  MERCI, Jean !

0
0
0
s2smodern

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation d'un cookie qui nous aide à établir les statistiques de fréquentation de notre site.