• Bénédictins

    Les Bénédictins

    Saint Benoît fonda le premier monastère bénédictin au 6ème siècle au Mont Cassin en Italie. Aujourd'hui encore, les frères et sœurs vivent selon sa Règle. L'Abbaye doit être une école de charité d'où rayonne la paix.
    Les moines ne préfèreront rien à l'amour du Christ
    Règle de Saint Benoît

Abbaye de Maumont

Passer par l'inaccessible pour atteindre la joie pascale.

gurat abbaye mumont   2° dimanche de Pâques

   Jn. 20, 19-31

   Thomas porte une lumière fulgurante sur notre méditation pascale qui se poursuivra jusqu’à la Pentecôte.

  Ne serait-il pas le type même de l’humain qui ne rencontre toujours que lui-même, jusqu’au jour où ?.... !!!! L’effet de fraîcheur de trois années avec le Maître ne fut pas durable.

  C’est ce Thomas qui nous intéresse. Comme les disciples d’Emmaüs dans l’évangile de Luc que Jésus rejoint, Thomas est aussi rattrapé en quelque sorte par le Ressuscité.

   Si la mèche a faibli, elle ne s’est pas éteinte. Un peu de braise suffit pour que la lumière soit !

   Pour Jésus, tout homme est habité par un besoin vital de salut. Si l’accueil par la foi de la mort et plus encore de la Résurrection du Christ n’est pas pour les disciples, ceux d’hier et eux d’aujourd’hui une question de vie ou de mort, à quoi sert-il que le Verbe se soit fait chair ? Si la vie dans l’Esprit Saint n’est qu’une option parmi d’autres sans prise décisive sur le destin de tout homme, notre recherche de Dieu, nos tâtonnements même perdent manifestement l’essentiel de leur pertinence et de leur attrait. lever de soleil abbaye de maumont

  Il faut donc nous mettre à l’écoute des disciples tournant le dos à Jérusalem, de Thomas, absent du Cénacle quand Jésus vient.

  Qu’il est libérateur pour l’homme, pour tous, de découvrir, souvent à rebours de son sentiment immédiat, la nouveauté évangélique ! Se laisser surprendre et interpeller par le Ressuscité conduit à se laisser visiter et habiter par l’Esprit Saint. N’est-il pas enthousiasmant pour nous de se savoir précédés par des témoins rejoints par le Christ alors qu’ils s’éloignaient de lui ! Aujourd’hui, entendons Thomas confesser : « Mon Seigneur et mon Dieu ! ».

  Le cri de sa foi va plus loin que son absence qui se fait alors oublier.

  N’absentons pas Dieu trop vite. Confiance ! Il est toujours là avec nous sur nos routes. C’est bien cela la Résurrection devant laquelle toute spéculation s’arrête.

fruit ouvert abbaye maumont Thomas a confessé mais sans toucher. Jésus l’accueille jusque dans son : « Si je ne mets pas… », mais Thomas interrompt son geste qu’il pensait décisif pour oser les mots qui déplacent sa main et jaillissent de son cœur de disciple.

   Il est passé par l'inaccessible pour atteindre la joie pascale.

   Merveilleux Thomas, mon frère, mon jumeau !

0
0
0
s2smodern

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation d'un cookie qui nous aide à établir les statistiques de fréquentation de notre site.