• Bénédictins

    Les Bénédictins

    Saint Benoît fonda le premier monastère bénédictin au 6ème siècle au Mont Cassin en Italie. Aujourd'hui encore, les frères et sœurs vivent selon sa Règle. L'Abbaye doit être une école de charité d'où rayonne la paix.
    Les moines ne préfèreront rien à l'amour du Christ
    Règle de Saint Benoît

Abbaye de Maumont

Entrer dans le combat spirituel pour renaître autre !

jmclibrededroit0335  1° dimanche de Carême C

  Lc. 4,1-13

  Mettre nos pas dans les pas du Christ nécessite de se laisser conduire «par l’Esprit Saint, à travers le désert ». N’ayons pas peur du mot. Il nous renvoie à ce qu’il y a de plus profond en nous, ce lieu de division et du choix entre les forces de vie et les forces de mort. Nul besoin de partir au Sahara pour cela ! Il est là, en moi, dans l’ouverture à la Parole de Dieu, dans un accueil du silence qui peut paraître à notre époque « assourdissant » comme le disait récemment une hôte venue passer quelques jours à l’hôtellerie du monastère.

  Le théologien Hans Urs Von Balthasar a cette phrase pleine de sagesse qui pourrait nous aider à bien situer parole et silence : « Une vie sans parole vaut mieux qu’une parole sans vie ! » Et il ne s’adressait pas à des moines ! Mais après tout, peut-être ce désert est-il l’occasion de réveiller le moine qui sommeille en moi, en chacun de nous ! Ne pensons pas clôture bien sûr, mais ouverture du cœur, écoute de cette voix du Seigneur répondant à l’Adversaire qui vient semer l’ivraie dans le champ de nos vies. Méditons ces quelques paroles de l’Écriture que Jésus lui répond : « L’homme ne vit pas seulement de pain ». « C’est devant le Seigneur ton Dieu que tu te prosterneras ». jmclibrededroit0380

  Dans la prière, l’Esprit Saint nous murmure comment aller au désert. Si chacun est appelé à une démarche bien personnelle, c’est ensemble que nous choisissons de répondre.

  Écoutons le pape François : « Le temps du Carême est un temps favorable pour corriger les accords dissonants de notre vie chrétienne et accueillir l’annonce de la Pâque du Seigneur toujours nouvelle, joyeuse et pleine d’espérance.

  L’Église nous propose de prêter une attention particulière à tout ce qui peut refroidir et rouiller notre cœur de croyant.

 Le Carême est un temps précieux pour débusquer les tentations et laisser notre cœur recommencer à battre au rythme du cœur de Jésus. Nous pourrions dire que cela fait écho à trois expressions qui nous sont offertes pour « réchauffer le cœur du croyant » : arrête-toi !  regarde ! et reviens ! »

0
0
0
s2smodern

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation d'un cookie qui nous aide à établir les statistiques de fréquentation de notre site.