De Bethléem à Jérusalem, la symphonie d'un nouveau monde !

chemin en herbes abbaye maumont   LA SAINTE FAMILLE

   Lc. 2,41-52

   Cheminant en compagnie de Marie, de Joseph et de Jésus depuis de nombreuses semaines, éblouis par l’action de Dieu en chacun d’eux, comment être surpris de ce qui arrive à ces jeunes parents et à leur fils ? N’est-ce pas dans le sens de projet de Dieu que se succèdent tous les événements d’hier et d’aujourd’hui ? Événements, c’est vrai qui sont autant de paroles à bien saisir, si nous voulons entrer dans l’intimité avec Dieu.

   Dieu se plaît à nous dé-router.

   Marie et Joseph ont à découvrir que leur fils, Jésus, vient de Dieu. Ils le savent pourtant. Rien ne leur a été caché. Un ange est venu parler à chacun avant la naissance de l’Emmanuel. Trop fou, encore, trop frais, trop grand. Sûrement ! Ou bien auraient-ils oublié ? C’est impossible. Alors, leur recherche inquiète n’est peut-être pas tant guidée par la crainte que leur enfant se soit perdu ou les ait quittés sans les prévenir, mais par la question brûlante qui les habite toujours : « que nous arrive-t-il ? Tout et tellement inhabituel dans notre vie de couple. Jusqu’où devrons-nous aller ? Cet enfant sera donc chaque jour pour nous un ‘ ?’ » 

   « Chez mon Père » est la seule réponse de Jésus. Tout est dit mais pas encore interprété. La partition n’en est qu’à l’ouverture. Depuis Bethléem et même avant, les premiers accords sont donnés. Les thèmes de la symphonie d’un nouveau monde se sont laissé deviner. Il faut prêter l’oreille du cœur pour les reconnaître maintenant dans les différents mouvements qui se succèdent : fugue, allégro, andante…Celui que Jésus nomme « mon Père » est le chef d’orchestre. peupliers givre abbaye maumont

   Souvenons-nous d’Abraham. N’a-t-il pas appris au Mont Moriah qu’Isaac, bien qu’il soit né de lui, appartient totalement à Dieu. Lui aussi venait de Dieu, d’une manière si inattendue, imprévisible, invraisemblable. C’est comme cela que Dieu s’y prend. Et nous ne comprenons pas. Joseph et Marie sont passés par cette étape à laquelle nul n’échappe. L’étonnement s’empare aussi des docteurs : Jésus interroge et Jésus répond. Il est LA question et LA réponse. Regardons Jésus dans cette attitude et nous découvrirons qu’il est celui qui veut être cherché pour nous conduire plus loin. Seule l’attitude de Marie correspond finalement : « Sa Mère gardait dans son cœur tous ces événements ».

  Luc, ne nous laisse-t-il pas entendre par là que le recul une juste distance sont nécessaires pour mieux percevoir ce qui vient de l’inattendu, de Dieu, du secret dont chaque personne a sa part unique ?

0
0
0
s2smodern

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation d'un cookie qui nous aide à établir les statistiques de fréquentation de notre site.