• Bénédictins

    Les Bénédictins

    Saint Benoît fonda le premier monastère bénédictin au 6ème siècle au Mont Cassin en Italie. Aujourd'hui encore, les frères et sœurs vivent selon sa Règle. L'Abbaye doit être une école de charité d'où rayonne la paix.
    Les moines ne préfèreront rien à l'amour du Christ
    Règle de Saint Benoît

Abbaye de Maumont

Une étoile a paru. Elle dit : Venez et vous verrez !!!

creche etoile abbaye maumont   ÉPIPHANIE DU SEIGNEUR

   Mt. 2,1-12                                                

   Les mages pourraient-ils devenir nos maîtres marcheurs, comme il existe des maîtres nageurs ? A chacun son métier ! Nos mages passent en effet de la science qui observe et déduit au cœur qui écoute et la profondeur du signe. Oui, quels maîtres !!!! Enfourchant leur monture, les voici transportés dans une vie simplifiée. Ils ne conduisent plus rien. Ils se laissent conduire. Une force paisible les entraîne. Vides d’eux-mêmes mais remplis du fruit de leur quête. Leur agir se déplace du faire au rayonnement, des astres à UNE seule ETOILE.

   Pour eux, elle est déjà Quelqu’un : « Le roi des Juifs qui vient de naître ». Ils ne savent sans doute pas exactement ce qu’ils disent. Cependant ils parlent vrai. Si vrai, trop vrai peut-être pour un Hérode par exemple qui prend peur et réagit par une violence incontrôlée et meurtrière. Cette attitude de refus nous met en éveil sur la véritable posture à acquérir : faire le vide en soi afin de se laisser habiter par la plénitude de Dieu. Hérode est plein de lui-même, piqué au vif au seul mot de « Roi » qui fait trembler sa couronne sur son chef. Tout est au même niveau pour plus. Un autre Roi que lui ??? Les mages, eux, ont choisi l’option opposée : comme ils l’ont fait de leur côté, ils nous invitent à déplacer nos priorités, à ne pas céder au piège des mots, à marcher longtemps pour avoir le temps d’approcher lentement de Celui qui se tient là, dans le silence.petite vierge abbaye maumont

  Les bergers ont rejoint leurs troupeaux, les anges leur demeure céleste. Le texte ignore même la présence de Joseph : « Ils virent l’enfant avec Marie, sa mère ». L’étoile a seulement invité : « Venez et vous verrez » (Jn 1,39) comme le dira un jour Jésus à ses premiers disciples. Venir et voir : posture où se révèle ce que l’être humain a toujours déjà espéré. Là, il est donné de pressentir que la vie offre bien plus que ce que nous expérimentons, dans le quotidien que nous jugeons souvent monotone. Une connivence peut naître, surprenant parfois, qui suscite en nous le désir d’être introduits encore plus avant dans le mystère de la Vie. 

  « Ils regagnèrent leur pays par un autre chemin ». Une question pour nous : quelle expérience s’avèrent pour moi décisive aujourd’hui ? Nos maîtres marcheurs nous engagent à les suivre. Différents de ce qu’ils étaient lors de leur venue. Marcheurs vers une Jérusalem assise, ils repartent nomades dans un monde installé. Guetteurs dans une société endormie, ils donnent la joie attendue à un monde en espérance. A ces inconnus venus d’ailleurs, confions nos pas de chercheurs.

   Écoutons-les nous dire : « Avance maintenant avec la force qui coule en toi et suis-la jusqu’en sa source ».

1
0
0
s2smodern