• Bénédictins

    Les Bénédictins

    Saint Benoît fonda le premier monastère bénédictin au 6ème siècle au Mont Cassin en Italie. Aujourd'hui encore, les frères et sœurs vivent selon sa Règle. L'Abbaye doit être une école de charité d'où rayonne la paix.
    Les moines ne préfèreront rien à l'amour du Christ
    Règle de Saint Benoît

Abbaye de Maumont

Vivre en communauté ??? OUI, c'est possible !!!

fleurs au vent abbaye maumont   23° dimanche T.O. A

   Mt. 18, 15-20                                             

   Peut-être vous demandez-vous comment vivre en communauté est possible en un temps où l’individualisme semble triompher. A première vue, les obstacles sautent aux yeux : différence de générations, de culture, d’éducation, de formation, de parcours personnel, de goûts… Tout cela est bien réel.

   Mais jamais aucune communauté véritable ne se constitue et ne tient par de simples affinités. Nos différences sont terrain de combats, certes, mais pour laisser mieux transparaître notre « Lieu commun », qui est le Christ.

    Alors oui, nous pouvons nous appeler en toute liberté frères, sœurs.

   Comme le souligne l'évangile de ce jour, l’écoute, écouter est fondateur. « ECOUTE » : le premier appel de la Règle de saint Benoît sous laquelle nous vivons ici à Maumont, comme la première parole de la prière d’Israël. Pas de communauté sans écoute mutuelle. Un quiproquo, une parole mal interprétée, une impression, et voici que naît en soi un brouhaha assourdissant – le cinéma intérieur - si un échange, même bref, par écrit ou par oral, n’éclaircit pas la situation « avant le coucher du soleil » conseille saint Benoît avec toute la sagesse de sa longue expérience. L’écoute : la meilleure manière de « lier » dans la confiance les membres d’un même corps, et de « délier » la méfiance qui corrompt si vite des relations que le soupçon entacher et ruine parfois. Une communauté, un couple, une famille, pour « respirer la santé », n’ont pas besoin d’inventer sans cesse du nouveau ni d’essayer des recettes. L’écoute reste la seule voie qui puisse, dans la patience et la persévérance, donner sa place à chacun, faire naître le respect mutuel qui assure une bonne croissance au corps tout entier.soeurs benedictines abbaye maumont

   L’écoute donne toute sa dimension à l’amour et allège les fardeaux portés ensemble. Seul le cœur sait bien écouter. Ce qui suppose qu’il ne soit pas trop pollué pour rester ouvert et disponible. Filtrons nos propres impressions sur nos proches. Si nous pouvions donner la première place à l’écoute de nos frères et sœurs en humanité, le monde serait transformé. Jean Vanier, aime aimer parler de la communauté comme « lieu du pardon et de la fête ». Comme il a raison !!! Il sait bien de quoi il parle. L’écoute conduit au pardon, le plus beau cadeau que nous puissions échanger entre nous ! « Je suis là ; au milieu d’eux » dit Jésus.

   Ecoute, prière, pardon se donnent la main dans une communauté monastique, lieu d’où je parle. Nous ne nous sommes pas choisies. C’est lui qui nous a choisies. Acte de foi, acte de joie quand écoute, pardon sont offerts et reçus chaque jour.

   Alors, oui, notre devise bénédictine, « PAIX », prend tout son sens.

1
0
0
s2smodern