• Bénédictins

    Les Bénédictins

    Saint Benoît fonda le premier monastère bénédictin au 6ème siècle au Mont Cassin en Italie. Aujourd'hui encore, les frères et sœurs vivent selon sa Règle. L'Abbaye doit être une école de charité d'où rayonne la paix.
    Les moines ne préfèreront rien à l'amour du Christ
    Règle de Saint Benoît

Abbaye de Maumont

J'ai jeté l'ancre dans la lumière du Christ !

jmclibrededroit0082   TRANSFIGURATION DU SEIGNEUR

   Mt. 17, 1-9                                                        

   Halte Bienfaisante : la Transfiguration du Seigneur ! Toute la Révélation biblique trouve là son sommet, comme l’atteste la présence de Moïse et d’Elie. Les compagnons de la première heure aussi sont là : Pierre, Jacques et Jean. Et tout lecteur avec eux. Chacun, chacune de nous, conduit par Jésus « sur une haute montagne ».

   Un zoom sur Jésus nous est alors donné : « son visage comme le soleil » et jusqu’à « son vêtement blanc comme la lumière ». Tout son mystère divin s’illumine.

   J’ai jeté l’ancre dans cette lumière. Et toi !!!

   « Il nous est bon d’être ici ». Pour un instant ? Fugace ? Un moment ? Un éclair ? Peut-être. Mais qui n’en a pas moins la valeur d’un fondement. Je fais mémoire de ces moments de paisible assurance où la Rencontre a eu lieu. Je m’y arrête, non par nostalgie, non pour construire ma tente là, et m’installer. La lumière a peut-être été trop vive et j’ai fermé les yeux. Maintenant, je prie l’Esprit Saint de venir me visiter. Une simple Parole peut alors me réveiller et me donner de mieux comprendre ce qui demeure encore caché ou trop vague. J’écoute ! Que dira le Seigneur Dieu ? Une seule Parole : son Fils : « Jésus, seul ». C’est alors que Jésus lui-même s’approche, se fait proche, plus proche. Une expérience spirituelle se dégage de ce récit qui ne concerne pas seulement Jésus. Qu’est-ce que je peux en saisir pour mon propre cheminement ? Me laisser emmener « à l’écart ». Consentir à ne pas garder l’initiative, lâcher prise, permettre à Dieu d’être Dieu en moi. Ce que je veux découvrir de lui, c’est de lui que je le reçois.transfiguration5 abbaye maumont

   La Transfiguration de Jésus appelle la mienne et me la communique. Si je suis émerveillé par Jésus transfiguré, pourquoi ne le serai-je pas également de ce qu’il veut et peut réaliser pour moi ? Je ne le comprends pas seulement avec mon raisonnement humain, mais je le reçois par une contemplation qui me demande de monter sur « une haute montagne ».

   Non celle de ma connaissance intellectuelle, non celle de mon imagination, mais celle que Dieu me donne à gravir quand il veut, par les moyens qu’il veut. Je ne me donne pas la vie de Dieu, je la reçois. Nous voyons bien que la Transfiguration de Jésus, pour être une expérience personnelle, n’en est pas moins un désir du Père.

1
0
0
s2smodern