Qui est Celui qui vient ?

noel2 zEn ce temps d’Avent la liturgie de l’Eglise nous réveille, nous invite à la vigilance, au désir d’accueillir Quelqu’un.
Le mot « Avent » vient du latin « Adventus » qui signifie « Avènement – venue »
N’es-tu pas dans l’attente de quelque chose de nouveau dans ta vie ?
Dans le monde ?


Or voici que quelqu’un vient frapper à ta porte :
« Voici, je me tiens à la porte et je frappe ;
si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte,
j’entrerai chez lui pour souper,
moi près de lui et lui près de moi. » (Apocalypse 3, 20)

Tu me dis : l’Avent, c’est pour préparer Noël : la venue du Fils de Dieu qui a pris chair de la Vierge Marie. Certes oui, il est déjà venu sur notre terre, il y a 2000 ans à Bethlehem. Mais au début de ce temps d’Avent, la liturgie tourne notre regard vers sa venue à la fin des temps.
L’Apocalypse de saint Jean rapporte ce dialogue entre le Christ et l’Eglise (son Epouse):
« L’Esprit et l’Epouse disent : « Viens ! »…- « Oui mon retour est proche ! » - « Amen, viens, Seigneur Jésus ! » (Ap 22, 17.20)
Entre ces deux venues du Christ : celle à Bethlehem il y a 2000 ans et celle de la fin des temps, il en est une troisième : aujourd’hui, dans ta vie. Sauras-tu reconnaître comment il vient ? Lui ouvriras-tu la porte de ton coeur ? C’est tout l’enjeu de ce temps qui nous sépare de la fête de Noël.


Quelques pistes pour guider ta prière :

Tu peux relire dans l’évangile de saint Luc les deux premiers chapitres sur l’enfance de Jésus et repérer qui accueille qui ? Qui accueille Jésus ? Et comment ?
On peut trouver d’autres passages tout au long des évangiles. Par exemple : Lc 10, 38-42 (Marthe et Marie de Béthanie)/ Lc 12, 35-38 / Lc 17, 20-37 / Lc 9, 46-48 et Lc 18,15-17 (Jésus et les enfants)/ Lc 19, 1-10 (Zachée)/ Lc 24, 13-35 (Les Pèlerins d’Emmaüs)
Ou Mt 25, 1-13 (parabole des dix vierges)…


Quelle place y a-t-il dans ma vie pour accueillir Celui qui vient ?

 

Un Psaume pour prier :

noël 2005 006 petit bouzyDieu, tu es mon Dieu, je te cherche dès l’aube :
Mon âme a soif de toi ;
Après toi languit ma chair,
Terre aride, altérée, sans eau.

Dans la nuit, je me souviens de toi
Et je reste des heures à te parler.
Oui, tu es venu à mon secours :
Je crie de joie à l’ombre de tes ailes.
Mon âme s’attache à toi,
Ta main droite me soutient. Psaume 63 (62)

0
0
0
s2smodern

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation d'un cookie qui nous aide à établir les statistiques de fréquentation de notre site.