• Bénédictins

    Les Bénédictins

    Saint Benoît fonda le premier monastère bénédictin au 6ème siècle au Mont Cassin en Italie. Aujourd'hui encore, les frères et sœurs vivent selon sa Règle. L'Abbaye doit être une école de charité d'où rayonne la paix.
    Les moines ne préfèreront rien à l'amour du Christ
    Règle de Saint Benoît

Abbaye Notre-Dame de Belloc

Témoignage de Frère Bertrand

Frère BertrandJ’avais alors 8 ans et j’ai conservé le souvenir, vif, de cet instant où, soudain, j’ai su que j’existais, « moi ». J’ai pris conscience que j’existais. J’étais là. Ça a été le grand événement de ma vie. Dans la foulée j’ai perçu l’existence de Dieu. Il était là Lui aussi, bien présent. Il y avait deux réalités immédiates : Moi et Dieu, avec ce lien personnel et unique entre Lui et moi, qui a construit ma vie et donné source à cette joie qui m’a toujours habité et m’habite toujours, profonde, malgré les inévitables ennuis de toute existence, qui se succédaient, et se succèdent encore, mais finalement dérisoires.
Peu à peu tout le reste ne m’a vraiment plus intéressé : études et professeurs me rasaient ; loisirs, impressions diverses et nouvelles, à mesure que je grandissais, se succédaient sans vraiment m’attacher. C’était un autre monde. Pas le mien. Même si j’ai goûté de vrais plaisirs et si j’ai eu - et j’ai toujours - des amis sûrs.

Et puis un jour, en lisant par hasard –par grâce ! - un roman banal, j’ai découvert la vie des moines et immédiatement, j’ai su que c’était ça. J’ai fermé le livre : là serait ma vie.

J’ai alors, au cours de randonnées à bicyclette durant les vacances, visité plusieurs monastères connus mais ce n’était pas ça. Et puis un jour j’ai découvert à Belloc, un bâtiment sans passé, sans beauté, fruste, peuplé d’hommes tout simples, modestes, qui ne se prenaient pas pour des génies et qui paraissaient hommes imprégnés de prière : des moines ! Je me suis dit « C’est là». J’ai tout de suite voulu partager leur vie.

J’ai demandé à y être admis. J’ai été accepté. J’y suis resté. J’y suis encore et jamais je n’ai regretté mon choix ; le choix de ma vie ; le grand choix : sans doute la grâce.
Fr. Bertrand

 

 

1
0
0
s2smodern