• Bénédictins

    Les Bénédictins

    Saint Benoît fonda le premier monastère bénédictin au 6ème siècle au Mont Cassin en Italie. Aujourd'hui encore, les frères et sœurs vivent selon sa Règle. L'Abbaye doit être une école de charité d'où rayonne la paix.
    Les moines ne préfèreront rien à l'amour du Christ
    Règle de Saint Benoît

Abbaye Notre-Dame de Belloc

Le temps pascal

Le temps pascal est à vivre par les chrétiens comme un seul et grand jour de fête.

Alleluia ! Christ est ressuscité ! Soyons-en les témoins joyeux.

0
0
0
s2sdefault

Témoignage de Frère Jean-François

fr.Jean François ret " M’aimes-tu plus que ceux-ci ? " Jean 21.

Cette question posée par Jésus Ressuscité à Simon Pierre au bord du lac de Tibériade, est le point de rencontre et de départ de l’Amour entre les hommes qui a sa source en Dieu. C’est à partir de cette rencontre que je me suis mis à marcher à la suite du Christ. Son amour d’agapè est si intense que si je n’y communie pas, si je ne me laisse pas guidé par Lui, avec Lui et en Lui, je ne pourrai pas le vivre dans ma vocation chrétienne et donc monastique. C’est pourquoi la Régle de Saint Benoît est une aide précieuse pour me mettre à l’écoute de cette parole du Seigneur, afin qu’au cœur même de mon désir humain d’aimer et d’être aimé, le Seigneur me révèle son amour avec un si grand degré d’énergie, de force, de puissance, bref de salut, que mon amitié, mon affection humaines en soient stimulées. Chaque matin, cette question du Seigneur si vivante et pleine de force et de plénitude, m’appelle à cheminer à la suite du Christ, où la foi et la confiance de mes parents, de mes frères et sœurs moines et des personnes guidées par sa Parole sont une aide.

Dans cette cordée Jésus est le "premier de cordée", Lui qui est le Chemin, la Vérité et la Vie. Oui Seigneur je t’aime de cet amour d’homme pécheur, c’est pourquoi je viens à la source de l’Amour en Dieu Sauveur.

"  Tu sais tout, tu sais bien que je t’aime ".  Jean 21

Fr. Jean-François

0
0
0
s2sdefault

Le temps liturgique de Noël

Témoignage de Frère Benoît-Marie, moine bénédictin de l'abbaye Notre Dame de Belloc, sur la richesse spirituelle du Temps liturgique de Noël, temps d'une grande densité puisqu'il dure à peine plus de deux semaines.

 

0
0
0
s2sdefault

Témoignage de Frère Bertrand

Frère BertrandJ’avais alors 8 ans et j’ai conservé le souvenir, vif, de cet instant où, soudain, j’ai su que j’existais, « moi ». J’ai pris conscience que j’existais. J’étais là. Ça a été le grand événement de ma vie. Dans la foulée j’ai perçu l’existence de Dieu. Il était là Lui aussi, bien présent. Il y avait deux réalités immédiates : Moi et Dieu, avec ce lien personnel et unique entre Lui et moi, qui a construit ma vie et donné source à cette joie qui m’a toujours habité et m’habite toujours, profonde, malgré les inévitables ennuis de toute existence, qui se succédaient, et se succèdent encore, mais finalement dérisoires.
Peu à peu tout le reste ne m’a vraiment plus intéressé : études et professeurs me rasaient ; loisirs, impressions diverses et nouvelles, à mesure que je grandissais, se succédaient sans vraiment m’attacher. C’était un autre monde. Pas le mien. Même si j’ai goûté de vrais plaisirs et si j’ai eu - et j’ai toujours - des amis sûrs.

Et puis un jour, en lisant par hasard –par grâce ! - un roman banal, j’ai découvert la vie des moines et immédiatement, j’ai su que c’était ça. J’ai fermé le livre : là serait ma vie.

J’ai alors, au cours de randonnées à bicyclette durant les vacances, visité plusieurs monastères connus mais ce n’était pas ça. Et puis un jour j’ai découvert à Belloc, un bâtiment sans passé, sans beauté, fruste, peuplé d’hommes tout simples, modestes, qui ne se prenaient pas pour des génies et qui paraissaient hommes imprégnés de prière : des moines ! Je me suis dit « C’est là». J’ai tout de suite voulu partager leur vie.

J’ai demandé à y être admis. J’ai été accepté. J’y suis resté. J’y suis encore et jamais je n’ai regretté mon choix ; le choix de ma vie ; le grand choix : sans doute la grâce.
Fr. Bertrand

 

 

0
0
0
s2sdefault

Témoignage de frère Marc sur le mystère de Noël

Témoignage de Frère Marc, moine bénédictin de l'abbaye Notre Dame de Belloc, sur qui est Celui qui est né en ce jour de Noël : Noël, mystère du Verbe de Dieu, qui s'est fait être humain, en tout comme nous, sauf le péché, évidemment.

0
0
0
s2sdefault

L'amour de Dieu

l'amour de Dieu à l'abbaye notre dame de bellocQu’est ce qui vous rend heureux ?

Ce qui me rend heureux, c’est de me savoir aimé par Dieu, de savoir que mon amour lui importe, qu’il l’attend, et qu’il contribue à mettre de l’amour dans l’humanité par celui que nous vivons d’abord entre frères et que nous partageons dans l’accueil des hôtes.

Lire la suite

0
0
0
s2sdefault

Trouver sa voie dans la vie

Trouver sa voie dans la vieComment quand on est jeune être sûr de trouver sa voie dans la vie ? Comment savoir à quoi et où on est appelé ? Comment avezvous fait pour faire le choix de la vie monastique

Pour trouver sa voie, quand on est jeune, il faut être attentif au désir qui monte du plus profond de soi, à ses réactions devant les propositions offertes, et se mettre devant Dieu avec son désir et ses réactions, pour recevoir de Lui la lumière. Il importe de discerner ce qui se passe en soi avec quelqu’un d’expérimenté et de sage. Mais la décision dernière relève de la conscience.

Lire la suite

0
0
0
s2sdefault

S'engager pour la vie

s'engager dans la vie monastiqueÇa ne vous fait pas peur de vous engager pour la vie ? Et si vous vous apercevez au bout de plusieurs années que vous vous êtes trompé ?

Non seulement ça ne me fait pas peur, mais ça ne m’a pas fait peur quand je l’ai fait il y a 50 ans. C’est un engagement pour la vie et total que je désirais profondément. Et aucune profession ne me le permettait.

Lire la suite

0
0
0
s2sdefault
  • 1
  • 2

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation d'un cookie qui nous aide à établir les statistiques de fréquentation de notre site.